Balade au Parc national avec Ségolène Royal

La ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, a commencé sa visite en Guadeloupe par un tour au Parc national. Une manière pour Ségolène Royal de poser les bases de sa venue dans l’archipel pendant deux jours au milieu de la nature.

« On admire la nature, la variété des arbres et des chants d’oiseaux. Ce sont des moments absolument exceptionnels! » Visiblement, Ségolène Royal semble apprécier le début de son programme en Guadeloupe. Arrivée hier en début d’après-midi, elle s’est rendue à la Maison de la Forêt à Petit-Bourg pour saluer le travail réalisé par l’équipe du Parc national, soutenu par les élus locaux. « C’est un espace remarquable à disposition de tous, souligne la ministre de l’Environnement en parcourant le sentier découverte. Je suis très heureuse d’être là, car nous avons voté la loi sur la biodiversité. Les Parcs sont désormais mis en valeur pour porter cette biodiversité qui est un joyau. »
L’occasion pour Ségolène Royal d’embrayer sur la recente mise en place de l’Agence de la biodiversité. Selon elle, grâce à cette Agence, « les Parcs vont avoir des moyens et des responsabilités supplémentaires par rapport à la protection et à la valorisation de la biodiversité » . Une aubaine presque nécessaire pour les Outre-mer, qui concentrent 80% de la biodiversité terrestre et marine de France.
UNE LOI SUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
La ministre de l’Environnement a ensuite fait une halte à la Cascade aux écrevisses. Depuis sa dernière venue dans l’arhipel, fin 2014, la loi sur la transition énergétique a été votée. Ségolène Royal compte profiter de sa présence pour soutenir les « bons projets qui ont lieu en Guadeloupe » . L’axe principal, c’est l’autonomie énergétique des îles. « J’ai récemment pris des décrets qui permettent aux zones non interconnectées, comme le territoire guadeloupéen, de bénéficier de tarifs préférentiels pour produire l’énergie sur le territoire, précise la ministre. C’est donc très important que l’on regarde tout le potentiel en termes d’utilisation de la biomasse, de l’énergie solaire et de la géothermie. »
Pour consulter l’intégralité de l’article dans sa version originale cliquez ici